Wounded Knee

Kwé

 

Image and video hosting by TinyPic

 

1890 Wounded Knee

 

Evénement 29 Décembre 1890

 

Pour évoquer la tragédie ou le massacre de Wounded Knee il est nécessaire de remonter dans le temps :

 

Avril 1825 : Afin de protéger les Natifs Américans de l'invasion continuelle des colons blancs sur leurs terres,

le gouvernement américain les prend sous sa protection. Les Indiens sont encore libres de chevaucher sur

leurs grandes plaines, le bison se faisant de plus en plus rare beaucoup trouvent refuge près des forts ou

dans les réserves pour les saisons d'hivers.

 

29 avril 1868 : Signature du Traité de Fort Laramie. Les tribus Cheyenne, Dakota, Lakota, Nakota, et le

gouvernement signent le traité de paix. Le gouvernement s'engage à dédommager les tribus pour

les dommages et pertes territoriales subis. Les tribus sont souveraines sur leurs terres et ont le

pouvoir de les gérer, d'y faire régner l'ordre et de rejeter tout nouveau colon blanc.

Toute nouvelle cession d'une part de leur terre au gouvernement américain devra requérir la signature

d'au moins le 3/4 des adultes mâles des territoires concernés. Les tribus conservent le droit de chasser

dans les Big Horn Mountains ainsi que dans la partie nord de la North Platte River.

 

Puis de l'or est découvert dans les Black Hills. A partir de 1874 le gouvernement va tenter par des

négociations avec les tribus de reprendre les Black Hills. Les tribus refusent, les Black Hills sont

leurs terres sacrées. Le gouvernement lance alors un ultimatum : le 31 janvier 1876, tous les

Indiens qui n'auront pas quitté les Black Hills pour rejoindre les réserves seront considérés

comme  rebelles et traités en conséquence.

 

Crazy Horse et Sitting Bull refusent d'obtempérer. Ils continuent de chasser et de vivre libres sur

leurs terres sacrées. Sitting Bull souhaite réunir toutes les tribus alliées des Dakota.

 

En juin 1876 a lieu le plus grand rassemblement de l'histoire des Indiens d'Amérique du Nord.

Sitting Bull, et Crazy Horse sont rejoints par leurs alliés et frères Cheyennes ainsi que par une

grande quantité d'Indiens qui fuient les réservent. Ils s'installent sur les berges de la Little

Big Horn.

 

Le 25 juin, bataille de Little Big Horn River. Le Général Custer surnommé " le boucher " s'attaque

au village qui s'étend sur plusieurs km de long. Défaite du 7 éme de cavalerie de l'armée

américaine.

 

28 février 1877 : Violation par les Etats Unis du traité de Fort Laramie et du 5 éme amendement

de la constitution américaine : la colonisation des terres Indiennes s'accentue. Le gouvernement

américain sous la pression des compagnies minières confisque les Black Hills, et ce, sans les

signatures des adultes mâles des réserves concernées.

 

Article 5 : En considération des terres confisquées et des droits de chasse retirés, le gouvernement

fournira des rations alimentaires aux tribus aussi longtemps que nécessaire pour leur survivance.

 

Article 8 : Les tribus sont soumises aux mêmes lois que les ressortissants américains, bénéficient

des mêmes protections ont le droit de pratiquer en toute liberté leur religion et d'accéder à la

propriété ( en théorie ).

 

6 mai 1877 : Crazy Horse et son peuple, malade, souffrant de famine se rendent. Ils se présentent à

l'agence de Red Cloud.

 

Septembre 1877 : Crazy Horse est assassiné, Sitting Bull est toujours en fuite et refuse de se

rendre.

 

19 Juillet 1881 : poussé par la maladie et la famine Sitting Bull se rend, de ses 3000 guerriers,

2800 ont déjà rejoint les réserves.

 

Automne 1883 : Dernière chasse au bison, le commerce blanc des fourrures et le rail ont eu raison

du bison qui est désormais en voie d'extinction.

 

Les conditions de vie sur les réserves sont épouvantables. La famine, les maladies et l'alcool y

font rage, les rations gouvernementales arrivent avec des mois de retard quand elles n'arrivent

pas du tout. Les terres consenties aux Indiens sont incultivables, leurs troupeaux de boeuf

sont décimés par la maladie. Sur la réserve des Blackfeet du Montana qui comptaient 3000

âmes ils n'en restent plus que 1600. Les tribus sont poussées au désespoir. Les rapports

dramatiques qui arrivent sur les Bureaux des Affaires Indiennes restent lettres mortes :

Un bon Indien est un Indien mort.

 

Janvier 1889 : Wovoka un Homme Médecine Paiute du Nevada a une vision : la résurrection des

Nations Indiennes, le retour du bison et le départ des blancs se feront grâce à la danse et aux

chants rituels : la Ghost Dance ou danse des esprits était née. La Ghost Dance se propage

sur toutes les réservent des Etats Unis et l'espoir des Nations Indiennes renaît.

 

2 mars 1889 : Le gouvernement veut reprendre 9 millions d'âcres de la grande réserve du Traité

de Fort Laramie. Il décide pour cela que la signature 3/4 des adultes mâles devra être requise.

Tous les Indiens de la grande réserve Sioux sont convoqués pour signer l'acte de vente. Les

Indiens refusent de signer. Le traité de Fort Laramie est encore une fois violé :

le gouvernement confisque les 9 millions d'âcres et la grande réserve du Dakota est alors scindée

en 6 petites réserves. Aucun Indien ne peut quitter sa réserve sans autorisation spéciale d'un

agent Indien.

Les mariages inter-tribaux sont fréquents. Le gouvernement a trouvé un moyen de séparer les

familles. Les rations prévues dans le traité de Fort Laramie sont diminuées de 50 %.

 

Année 1890 : Plus la famine fait rage plus les Indiens des 6 réserves pratiquent la Ghost Dance,

conduits pour cela par l'homme médecine Sitting Bull.

 

Les colons blancs sont apeurés et une troupe d'environ 650 soldats est envoyée sur la réserve de

Pine Ridge. L'armée assassine tous les Indiens qu'elle surprend à danser la Ghost Dance. Inquiet

par l'ampleur que prend le mouvement, les autorités militaires ordonnent l'arrestation de Sitting

Bull à la réserve de Standing Rock le 15 décembre 1890. En fait d'arrestation, Sitting Bull fut tué

d'une balle par un Lakota en tenue de policier des Etats Unis. La mort de Sitting Bull jeta un

grand froid parmi les Amérindiens. Ses amis se réfugient chez le Chef Big Foot. Craignant à son

tour des représailles, le Chef Big Foot atteint de tuberculose et souffrant de famine demande

asile à Red Cloud. Ce dernier accepte, Big Foot et son clan ( environ 300 femmes enfants et

vieillards ) se dirigent donc vers l'agence de Pine Ridge sans avoir demandé l'autorisation

spéciale exigée par le gouvernement.

 

Le 28 Décembre 1890 ils s'arrêtent pour camper à Wounded Knee ( environ 6 km de l'agence

gouvernementale de Pine Ridge ). Pendant ce temps, l'armée avait lancée le 7 ème de

Cavalerie sous les ordres du colonel James W. Forsyth à leur poursuite.

 

Le 29 Décembre 1890 au matin : l'armée encercle le campement de Big Foot et installe des

mitrailleuses Hotchkiss. Le chef, extrêmement faible agite le petit drapeau blanc qu'il avait

accroché à sa civière. L'armée ordonne aux Indiens de rendre leurs armes, et de se rassembler

pendant que les soldats fouillent le camps faisant preuve d'une grande rudesse vis à vis des

Lakotas. Les Miniconjus de Big Foot obtempèrent. Qui a tiré le premier coup de feu qui

déclencha la fusillade, nul ne le sait, mais un coup de feu parti. Aussitôt, l'armée tire sans

distinction sur les 300 femmes enfants et vieillards. Les femmes hurlaient tentant

d'échapper aux tirs, les enfants accrochés aux jupes de leur mère pleuraient,

pas longtemps......

Puis les tirs cessent, c'est le silence, la fumée s'évapore : 300 cadavres dont celui de Big Foot

jonchent le sol.

L'acharnement  de l'armée fût tel que des cadavres de femmes qui tentaient de fuir leurs

bourreaux furent retrouvés à quelques 2 km de Wounded Knee.

Témoignage : Une femme gisait dans son sang, son bébé tétait encore son sein.

De leur coté, les soldats dénombrent vingt cinq tués et trente neuf blessés. Une enquête

révéla que les pertes subies par l'armée américaine était le fait de leurs propres armes.

Le 3 janvier 1891 Les cadavres sont jetés dans une fosse commune sans plus de formalités.

 

Le massacre de Wounded Knee s'il avait définitivement anéantit le dernier espoir des Nations

Indiennes de retrouver leur chère liberté n'avait en aucun assouvit la soif des gouvernements

américains successifs qui pensaient avoir définitivement brisé la résistance amérindienne.

 

Bad Feet Walking

 

Loup Blanc

 

7 votes. Moyenne 4.43 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau