La Nature 1

Kwé


La Nature 1


La terre est ton aïeule, elle est sacrée. Tu dois l'honorer, la remercier pour la nourriture et le bonheur de vivre.

Si tu ne vois pas de raison de remercier, la faute repose en toi-même.


Chaque matin, aie une pensée pour le soleil qui se lève. Il est le Grand Esprit, l'origine de la vie et la source de

toute sagesse. Comme lui, tu connaîtras la naissance et le déclin, avant de venir briller à nouveau.


Apprends à observer. Chaque matin, la nature t'enseigne le retour de la vie.


Ne désespère jamais. Les jours vont, comme les feuilles d'automne chassées par le vent, et les jours

reviennent, avec le ciel pur et la splendeur des forêts. De nouveau chaque graine est éveillée, et de

même tout animal est en vie.


Lève-toi tôt le matin, asperge-toi d'eau froide et offre une prière muette au soleil avec un sentiment d'aube

dans le coeur. La création recommence avec toi.


Le lever du jour est un événement sacré, et chaque jour devient sacré. Tu n'as nul besoin de distinguer un jour

parmi les sept jours pour en faire un jour saint, car tous les jours sont ceux de Dieux.


Il fut un temps où la nature fortifiait l'homme, l'instruisait, guérissait ses blessures et lui procurait la force de

vivre.Il était empli de compassion et d'amour maternel pour la terre. Il savait que le coeur de l'homme éloigné

de la nature se dessèche et devient dur.

Ce temps n'a pas disparu. Il est en toi, indestructible. Il suffit de modifier ton regard sur les choses, de faire

taire le vacarme du monde et de retrouver la parole du coeur.


Aujourd'hui, les vastes solitudes ont été peuplées par des villes puissantes; les forêts sont détruites, les eaux

des rivières empoisonnées, mais le soleil se lève toujours et les étoiles restent à la même place dans le ciel.

Apprends à contempler ce qui ne change pas, autour de toi, mais aussi à l'intérieur de toi-même, et tu

retrouveras l'unité perdue, la sagesse de l'esprit et la santé du corps.


L'homme de sagesse se tient au centre de lui-même, comme l'Indien au centre de son tipi. C'est en lui qu'il

voit tournoyer les étoiles, se lever et se coucher le soleil, dans un même mouvement d'amour et d'adoration.

Il est l'éternel recommencement de toutes choses.


Tu n'es pas séparé des autres, enfermé dans une solitude mortelle, avec des angoisses et des maladies qui

n'appartiendraient qu'à toi. Tourne-toi vers les autres, apprends à regarder autrement le monde qui t'entoure.

Eprouve des pensées harmonieuses pour toutes les formes de vie si tu souhaites trouver le bonheur, car tu es

le frère et la soeur de toutes les créatures.


La simplicité n'est jamais banale ni ennuyeuse. Sa richesse est infinie, sans cesse nouvelle pour celui qui

regarde le monde avec des yeux neufs.


Ne te laisse pas distraire par le vacarme des hommes, par leur quête insatisfaite, désordonnée. Ils sont

comme l'animal emprisonné dans l'enclos, qui tourne sans comprendre et cherche une issue qui n'existe

pas.


Apprends à rester libre. Ne sois pas le prisonnier des idées toutes faites, car celles-ci n'entraînent que

désastre et confusion.

Ne t-obstine pas dans l'obscurité, demande à la terre vivante la sagesse et la force.


Prière au Grand Esprit : " Ô Grand Esprit, dont j'attends la voix dans les vents et dont le souffle donne la vie

à toutes choses, écoute-moi...Fais-moi sage, de sorte que je puisse comprendre ce que tu as enseigné à

mon peuple et les leçons que tu as cachées dans chaque feuille et chaque rocher. Je te demande force et

sagesse, non pour être supérieur à mes frères, mais afin d'être capable de combattre mon plus grand

ennemi, moi-même. "


Bien des fois, jadis, de vastes solitudes furent peuplées par des villes puissantes. Il n'en reste plus

aujourd'hui que ruines, et les ruines elles-mêmes finissent par se confondre avec la terre éternellement

vierge. Qu'importe les hommes qui passent ?

L'Esprit n'a qu'à souffler sur eux et ils ne seront plus ! Alors les fils de la Terre reprendront possession de la

Terre, et les temps passés redeviendront nouveaux.


L'Indien préfère le doux son du vent s'élançant comme une flèche à la surface d'un étang, et l'odeur du vent

lui-même, lavé par la pluie de midi ou parfumé par le pin. L'air est précieux à l'homme rouge car toutes

choses partagent le même souffle : la bête, l'arbre, l'homme, tous épousent le même souffle.


Les Indiens qui vivent près de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas dans l'obscurité. Savez-vous

que les arbres parlent ? Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous savez les écouter.


Les saisons de la Terre sont aussi les saisons de l'âme et celles du corps. L'homme s'éveille au printemps,

affirme sa force et sa passion de vivre en été, devient méditatif en automne, se tourne à l'intérieur

de lui-même et contemple les autres mondes en hivers. C'est ainsi que la roue tourne, emportant

les vivants et les morts, le soleil et la pluie, la nuit et le jour, dans la danse du

retour éternel.


Tiens-toi à l'écoute du monde, comme l'enfant qui s'étonne de tout. Eprouve un sentiment d'amour et

d'adoration pour toute la Création, du minuscule brin d'herbe jusqu'à l'étoile la plus lointaine, et tu

retrouveras l'ancienne harmonie.


Regardez, mes frères, le printemps est revenu. Chaque graine est éveillée et, de même, tout animal revit.

C'est à ce pouvoir mystérieux que nous devons, nous aussi, notre existence, et voilà pourquoi nous

concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux, autant de droits qu'à nous d'habiter cette terre.


Connaître le monde, c'est se connaître soi-même


.La nature se renouvelle sans cesse, les milliers de jours qui passent reviennent sous des formes nouvelles.

Apprends à saisir l'éternité dans chaque instant, l'éternité de l'instant qui est comme un diamant pur,

inaltérable, au coeur du monde.


Bad Feet Walking


Loup Blanc

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire