La Terre

Kwé


La Terre de l'homme libre


Le Grand Esprit est sans frontières, et son pouvoir s'étend à la Création tout entière,

du coeur de l'homme jusqu'aux mondes invisibles. L'homme libre ne revendique

qu'une seule terre : la Terre de l'esprit.


Les énergies, les forces, les esprits qui construisent le monde sont là, enroulés dans

les choses, attendant que l'esprit qui est dans l'homme les reconnaisse et leur souhaite

la bienvenue.


Croire qu'en dehors de nous le monde et la matière sont inanimés est une erreur de

perception. Nous sommes tellement repliés sur nous-mêmes, tellement enfermés dans

nos habitudes que nous ne savons plus voir. L'univers entier est tissé d'esprits qui

peuvent agir, reliés les uns aux autres par un phénomène de résonance cosmique.

C'est nous qui nous croyons isolés, séparés. L'univers ne se sent pas séparé.

Il Est.


Nous sommes habitués à la vision lumineuse de l'esprit, une lumière sécurisante qui

réchauffe et ne brûle pas. Toutes les expériences spirituelles faites dans l'esprit de

l'homme, très loin, dans sa profondeur, sont des fulgurances, de véritables

explosions, un déversement inouï d'énergies qui tombe avec la puissance

d'un milliard d'orages.


En toi sont tous les mondes rêvés par l'homme, passés, futurs, et d'autres encore

jamais rêvés. Tout est là, dans l'espace infini et sacré de ton esprit. Respecte-le,

éprouve de l'amour pour lui, considère-le comme un dieu, sans perdre l'idée de

ta fragilité, emporté par le fleuve du temps, riche et pauvre à la fois.



Passent encore quelques soleils et l'on ne nous verra plus ici. Notre poussière

et nos ossements se mêleront à ces prairies. Je vois, comme dans une vision,

mourir la lueur de nos feux du Conseil, leurs cendres devenues froides et

blanches. Je ne vois plus s'élever les spirales de fumée au-dessus de nos

tentes. Je n'entends plus le chant des femmes préparant le repas.

Les antilopes ont fui, les terres des bisons sont vides.

Nous sommes tels des oiseaux à l'aile brisée.


Quand le dernier homme rouge aura péri, et que le souvenir de ma tribu sera

devenu un mythe parmi les hommes blancs, les rivages seront couverts des

morts invisibles de ma tribu, et quand les enfants de vos enfants se croiront

seuls dans leurs champs, leurs boutiques ou le silence d'un bois sans

chemin, ils ne seront pas seuls. Il n'y a pas de mort.

Seulement un changement de monde.


Voyez, mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu l'étreinte du soleil,

et nous verrons bientôt les fruits de cet amour !


Nous rendons grâce au Grand Esprit en qui s'incarne toute bonté et qui mène

toutes choses pour le bien de ses enfants.

 

Créateur aidez-moi à protéger les arbres et à les écouter


Bad Feet Walking


  Loup Blanc


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau