Pouvoirs de l' Esprit 2

Kwé


Les Pouvoirs de l'Esprit


- Nos ancêtres apprenaient à traiter avec les éléments de la nature, le vent,

la pluie, la lumière, ou le feu des orages, pour s'en faire des alliés.

Les changements d'humeur de la nature sont aussi les états multiples de l'âme,

comme le manque de volonté, l'indécision, la tristesse, la joie ou la colère. 

Ne les considère pas comme des ennemis, mais comme des esprits

complémentaires, comme les couleurs d'un même arc-en-ciel.


- Le sage est comme un enfant qui se tiendrait sur les hauteurs d'une montagne,

et jouerait avec le soleil et les orages en riant. Tous les pouvoirs lui sont

donnés. Il invente un nouveau langage, dialogue avec le vent, crée de

nouveaux univers, parle avec ses rêves, mime le vol d'un oiseau ou la

démarche burlesque de l'ours. Il se moque de ses propres angoisses. Il observe

ses émotions, ses sensations, comme on observe les fleurs d'un jardin. Il habite

un nuage doré où la mort ne pénètre pas.


- Apprends les rites du pardon si tu veux vivre en harmonie avec tes frères. La

cérémonie du pardon demande un renouvellement de chaque chose. Le premier

jour est consacré à l'oubli du passé. Le second jour, lève-toi avant le lever du

soleil et assiste à la naissance de la lumière comme à la naissance d'un monde

nouveau. Unis-toi à cette lumière en éprouvant des pensées d'amour pour tes

amis et tes ennemis. Il n'est pas nécessaire de consacrer une vie entière à se

connaître soi-même. Deux jours suffisent pour changer ton regard et purifier

ton coeur.


- Ne pense plus le monde avec ton cerveau mais avec ton coeur. Libère-toi des

liens de la pesanteur. Deviens libre et léger.


- Choisis des noms de pouvoirs, qui puissent représenter tous les changements de

ton esprit : la force, le courage, l'habilité, l'intelligence, le don de divination, mais

aussi la peur, l'anxiété, les regrets...Ainsi deviendras-tu le maître de toi-même.

Les noms de pouvoir protègent celui qui les porte. Ils sont sa parure rituelle, ses

armes de guerre.

 

  - Les états de colère sont des flèches aiguisées qui bondissent des mains et

surprennent le tireur. Le guerrier qui possède l'arc de sagesse tire des flèches

volontaires, parfaitement méditées, sans s'abandonner à l'agitation, au désordre

qui naissent de la peur. Transforme les états de colère en chant de victoire sur

toi-même.

 

- Si tu veux sortir de ton corps, appelle d'abord à toi tes alliés, tes protecteurs

spirituels. Sans eux, le voyage hors du corps serait périlleux, parfois même sans

possibilité de retour. Ensuite, médite profondément sur ta respiration. Tu dois

détacher ton âme de ton souffle, par la force de ta concentration.

Tu retrouveras le vertige du vol de l'oiseau, le galop du cheval sauvage, la

course du vent dans la prairie. L'homme-esprit n'est pas limité à la vision

matérielle du corps. Apprends à voir autrement. Essaie de concevoir ton

corps comme un pur esprit, et en même temps donne à ton esprit la

réalité d'un corps.

 

- Ne mange jamais aussitôt après ton lever. Il faut attendre un peu car ton esprit

qui a quitté ton corps durant la nuit n'est pas encore revenu en toi.

 

- La danse face au soleil est un grand rite purificateur. Nos ancêtres se tournaient

face au soleil et lui offraient joyeusement leurs biens, leur vie, le meilleur

d'eux-mêmes.

Cette danse apporte la prospérité et réalise les voeux les plus secrets. Apprends

à danser, face au soleil, dans un total abandon du corps, en communion avec les

puissances de la terre et du ciel. Danse en offrant ton coeur, pour qu'il soit

incendié, transfiguré. La danse face au soleil est une prière, c'est-à-dire un

acte d'amour.

 

- Le pouvoir est souvent transmis durant les rêves, sous la forme de visions colorées,

de paroles ou de chants qui surgissent des profondeurs. Les rêves de pouvoir se

reconnaissent facilement. Ils laissent au matin un sentiment de puissante

nostalgie. Si ces rêves reviennent souvent te visiter, sache qu'ils

annoncent la naissance d'un pouvoir.

 

- Quand tu te lèves le matin, remercie pour les rêves qui te sont donnés. Tourne tes

pensées vers eux, dans la lumière du jour, si tu veux qu'ils reviennent.

 

- Tous les pouvoirs de la Création, celui de voler, de visiter un autre monde, de lire

l'avenir ou de guérir les maladies sont donnés à l'homme depuis le commencement du

monde. L'homme moderne les porte en lui comme des oiseaux morts. Confusément,

il en éprouve de la tristesse et une certaine angoisse. Ne l'imite pas. Son désespoir

est une pluie de cendres, qui éteint toute flamme, toute lumière. Retrouve tes

pouvoirs et affine ta sensibilité et ton écoute du monde, puis descends dans tes

rêves et apprends à lire les signes à la lumière du coeur.

 

- Tout ce que tu imagines en esprit se réalisera si tu ne quittes pas la lumière du coeur.

 

- Le plus grand pouvoir donné à l'homme est celui de sauver ses frères. Ce pouvoir se

tient au centre de ton esprit, comme le moyeu au centre de la roue. C'est lui qui

ordonne la danse des étoiles, le cycle de la nature, les peines et les joies des

hommes. Médite au centre de toi-même, c'est-à-dire par-delà les pensées et

les désirs, alors ce pouvoir deviendra conscient, et il sera ta force.

 

- Guérir l'autre n'est pas difficile. Il suffit de l'aimer, d'en faire l'être le plus important

au monde, de nous abandonner totalement à lui en renonçant à nous-même.

 

- Tu veux visiter une contrée lointaine, ou même un autre univers ? Rends-les visibles,

par le seul pouvoir de ton esprit, en oubliant le reste du monde et en méditant

intensément sur ta vision. Utilise quotidiennement cette pratique, à certaines

heures, insiste, et donne des ailes à ton désir. Les chamans savent qu'il existe

un niveau de l'esprit qui permet à l'homme de se déplacer hors de son corps.

Ce pouvoir est en toi, parmi bien d'autres merveilles.

 

- Tout désir est la première forme du pouvoir. Dans une profonde méditation, le

désir n'est pas une simple sensation qui naîtrait de la contemplation d'une

rêverie. Il s'arrache du rêve et emporte le corps avec lui. Tu dois faire du

désir et du corps un même esprit, conscient de lui-même, si tu veux qu'il

agisse réellement.

 

- L'important est d'être conscient de nous-même, de nos rapports avec les choses,

les personnes, les idées. De ne pas être dupe du jeu, et d'approfondir nos relations

et notre perception du monde. Derrière, seulement, commence le réel.

 

- Aujourd'hui, nous avons peur de vivre, peur de mourir, parce que nous ne vivons

jamais dans l'immédiat. La réflexion nous éloigne du centre de nous-même et

nous entraîne dans des mondes menaçants, désespérants. L'esprit joue à

créer la peur, comme l'acteur déguisé en spectre, et nous tremblons dès

qu'il apparaît.

Apprends à voir derrière les masques.

 

Bad Feet Walking

 

Loup Blanc

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire