Les Danses

 

Kwé

 

Les origines des Danses rituelles Indiennes

 

La Danse du Soleil.

 

Chaque année, les mois de juin ou de juillet, les Indiens Plains et les Indiens des Prairies,

organisaient leur rituel quelque peu cruel : la danse du soleil.

 

 Une cérémonie obligatoire destinée aux jeunes guerriers les conduisant à demander vege-

ance pour leurs ancêtres assassinés, ou à demander pardon pour leurs mauvaises actions.

 

Le lieu de la cérémonie était une hutte en feuillage dont l'entrée se situait à l'est. Au centre,

étaitérigé le totem du soleil. Après un bain de sudation, permettant la purification totale, on

scarifiait avec un couteau les jeunes guerriers sur la poitrine et dans le dos.

 

Dans ces cicatrices, on passait une cheville de bois de l'épaisseur d'un doigt à laquelle on

attachait une cordelette en cuir elle-même reliée au totem du soleil.

 

Durant quatre jours et quatre nuits, les guerriers devaient danser autour du totem, sans eau

ni nourriture.

 

A un moment donné, les guerriers s'écroulaient d'épuisement et s'évanouissaient. les chev-

illes de bois étaient arrachées. Le rituel était terminé.

 

Les jeunes guerriers pensaient dur comme fer que le temps d'inconscience leur permettait

d'être en contact avec des forces surnaturelles.

 

La Danse des Esprits.

 

En 1889 apparaît dans l'ensemble des tribus indiennes la danse des esprits. Le point de

départ fut une vision du devin " Wovoka " de la tribu des Paiute, qui vit que, suite à une

catastrophe " l'homme blanc " serait anéanti.

 

Lors de ce rituel, les indiens psalmodiaient des chants accompagnés de tambours aux

rythmes monotones jusqu'à ce qu'ils tombent en transe. Il imaginaient que cet état l

leur permettaient de rejoindre leurs ancêtres et former ainsi une armée capable d'an-

éantir " l'homme blanc " et de rendre la liberté à tous les indiens.

 

Le gouvernement U.S. vit en ce rituel un grand danger, notamment de la part des Sioux.

Les autorités demandèrent au chef de la tribu Hunkapapa-Sioux d'interdir cette danse.

 

Celui-ci se moqua ouvertement de l'administration et fut immédiatement tué. Révoltés

par cette mort, les Sioux voulurent quitter leur réserve.

 

Peu après leur départ, les quelques 150 indiens furent cruellement massacrés par la 7

ème cavalerie US à Wounded Knee, le 29 décembre 1890.

 

Par cette acte, toute croyance en la danse de la réunion des esprits avec les ancêtres

s'éteignit. " Wovoka " mit fin à ce mouvement par ces paroles : " mes enfants, je 

demande aujourd'hui de prendre un nouveau sentier, le seul qui reste encore ouvert ;

la route de " l'homme blanc "

 

Paix et harmonie à tous...

 

Bad Feet Walking

Loup Blanc



1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau